Vous souffrez d’une rosacée…

…et vous vous demandez s’il y a un lien entre alimentation et rosacée ? Il s’agit d’une maladie multi-factorielle avec parmi ces facteurs la possibilité d’un lien avec des problèmes digestifs. Ainsi, la digestion et donc en amont l’alimentation peuvent jouer un rôle important dans la stabilisation de votre rosacée.

Il peut donc être bénéfique de prendre de nouvelles habitudes alimentaires dans le but :

  • d’adopter une alimentation anti-inflammatoire
    • cela signifie de repérer et organiser des rotations autour des aliments qui vous font réagir, voire les supprimer de façon transitoire
    • supprimer les aliments pro-inflammatoires en général
    • privilégier les aliments anti-inflammatoires
  • d’adopter une alimentation facilitant un bon équilibre acido-basique
    • une théorie voudrait que pour contre-carrer les effets d’une alimentation acide, votre corps va devoir puiser dans ses éléments basiques (calcium, magnésium, …) dont un déficit peut fragiliser les vaisseaux sanguins
  • d’adopter une alimentation saine et la moins toxique possible
    • adapter vos modes de cuisson pour limiter la toxicité
    • mangez bio et limitez les additifs, colorants, …

Je vous propose d’adopter un plan en plusieurs étapes :

Etapes 1 à 6 : adoptez une alimentation anti-inflammatoire

  • Etape 1 : prenez connaissance des aliments à éviter lorsque l’on souffre d’une rosacée et évitez de les consommer ou adoptez quelques astuces et voyez comment votre corps réagit
    • Dans la liste des aliments à éviter pour la rosacée (réactions de flush) on trouve l’alcool, le café, les épices relevées,  les boissons chaudes et le chocolat.
      • L’alcool : il peut être nécessaire de le supprimer de façon transitoire s’il vous fait réagir et à réintroduire doucement. Observez vos réactions : une coupe de champagne à jeun vous fait peut-être réagir alors qu’un verre de vin pendant le repas ne vous causera pas de réaction
      • Le café : de la même façon,  il peut être nécessaire de le supprimer de façon transitoire s’il vous fait réagir et à réintroduire doucement. Il se peut aussi que le moment de la journée joue sur votre réaction, ainsi un café consommé le midi en fin de repas ne fera possiblement pas réagir certains alors qu’un café le matin peut en revanche les faire réagir
      • Les plats épicés : ne conservez que les épices douces pour parfumer agréablement vos plats, il en existe beaucoup.
      • Les boissons chaudes : limitez la température (celle préconisée pour un thé ou une tisane est de 75°C) ; une bouilloire à thermostat peut être un investissement intéressant…
      • Le chocolat : repérez s’il s’agit d’un aliment réactif pour vous, si c’est le cas vous pouvez organiser des rotations (en version chocolat 85 à 100% de cacao) en fin de repas
  • Etape 2 : identifiez les autres aliments qui vous font réagir, et organisez des rotations ou évitez de les consommer de façon transitoire.
    • Cela peut être une question d’aliments, mais de quantité aussi. Par exemple, les noix et les noix de cajou peuvent faire réagir mais seulement au-delà d’un certain nombre..
  • Etape 3 : diminuez le sucre ! Il entretient l’inflammation de votre corps. Si vous en consommez, choisissez de le consommer en fin du repas du midi ou du soir (consommé ainsi il provoque un pic de glycémie moindre).
  • Etape 4 : variez les matières grasses, que vous choisirez « crues et nues » : veillez à consommer des graisses saturées mais aussi des omega 3 (1 c. à c. d’huile de chanvre avant 40 ans, 1 c. à c. d’huile de cameline après 40 ans, cet acide gras est anti-inflammatoire, contrairement aux omega 6 qui sont pro-inflammatoires. Vous pouvez aussi manger des poissons gras (saumon, sardines, maquereau)….gardez en tête que les graisses cuites sont mauvaises pour la santé (mais cela ne veut pas dire que toutes les graisses le sont !….)
  • Etape 5 : supprimez le grignotage, même d’aliments que vous pensez sains, faites 3 repas par jour + 1 collation. Une alimentation continue nécessite une digestion continue qui n’est pas souhaitable pour conserver une peau saine.
  • Etape 6 : adoptez une alimentation facilitant la digestion
    • Le piège classique, au-delà du grignotage, lorsque l’on souhaite rééquilibrer son alimentation et de multiplier les fibres (céréales complètes), fruits et légumes et de trop limiter les protéines et les graisses (originelles !), sans correctement équilibrer le tout et de se retrouver avec des problèmes digestifs (dysbiose, …). Il est important d’équilibrer correctement vos repas, il existe un certain nombre de principes qui permettent de faciliter la digestion afin de limiter l’énergie que votre corps consacre à la digestion et donc de conserver toute l’énergie vitale nécessaire au bon fonctionnement de vos organes.

Etape 7 : adoptez une alimentation facilitant un bon équilibre acido-basique

  • Etape 7 : adoptez une alimentation facilitant un bon équilibre acido-basique, cela signifie une alimentation riche en légumes cuits et crus, ainsi que des fruits : chez certaines personnes, il semble que les fruits ne sont tolérés qu’en dehors des repas voire en dehors des repas en fin d’après-midi (selon des principes chrono-biologiques pour que le corps puisse oxyder les acides qu’ils contiennent…)

Etape 8 : adoptez une alimentation saine et la moins toxique possible

  • Etape 8 : mangez bio ! pour éliminer au maximum les pesticides, additifs, …
  • Etape 9 : adaptez vos modes de cuisson, le plus possible à la vapeur. Il est possible de faire des plats savoureux. Si vous n’aimez pas, vous pouvez mixer une cuisson vapeur et finaliser votre plat en le faisant revenir dans une matière grasse supportant les hautes températures.

Etape 9 à 10 : un cran plus loin dans l’alimentation anti-inflammatoire

  • Etape 9 : si vous ne l’avez pas déjà fait dans l’étape 2, organisez des rotations autour des produits laitiers, là cela commence à être dur…faites en fonction de vos observations,
  • Etape 10 : si vous ne l’avez pas déjà fait dans l’étape 2, organisez des rotations autour du gluten, là cela commence à être dur…faites en fonction de vos observations,

Dans les conditions d’atteinte d’une situation stabilisée en cas de rosacée, au-delà de ces principes alimentaires, qu’il est nécessaire d’adapter à chacun, j’ajouterais également tous les conseils de cosmétique naturelle, d’équilibre de vie (activité physique modérée notamment), de limitation de la toxicité par l’environnement et enfin si nécessaire une étape de rééquilibrage hormonal auprès d’un endocrinologue le cas échéant…

Ces différentes étapes peuvent être adaptées en fonction du profil alimentaire de chacun…Découvrez mon offre d’accompagnement personnalisée pour la Rosacée basée sur le profilage alimentaire selon Taty Lauwers, une méthode équilibrée et respectueuse de chacun, basée également sur mon expertise en derme-cosmétique naturelle et sur ma propre expérience.

Vous ne savez plus quoi mettre sur votre peau ? Découvrez le liniment oléo-calcaire au chanvre (huile aux vertus anti-inflammatoires grâce à ses omega 3) pour vous nettoyer le visage en douceur ; ce liniment dépose un film protecteur sur votre peau et l’aide à retrouver son confort naturel.